Mon rêve familier de Paul Verlaine

le printemps samedi 20 juin 2020Paul Verlaine

Effroyable histoire de Paul Verlaine. Pauvre jeune femme ! Pauvre petit enfant ! Et lui-même, qu'il est à plaindre !
Victor Hugo

 

 

Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

 

Paul VERLAINE
(1844-1896)
Poèmes saturniens 

Avertissement

Les parcours présentés sur le site de perlimpinpin.fr, sont des comptes rendus de randonnées à bicyclette et pédestres présentant un caractère subjectif et grandement conditionné par le niveau technique de leur auteur, sa maîtrise, le type de matériel utilisé ainsi que par les conditions de réalisation.
Les renseignements donnés à titre indicatif, peuvent se révéler obsolètes par suite d'une évolution du terrain ou de l'environnement.
En aucun cas perlimpinpin.fr n'incite les utilisateurs à fréquenter les randonnées décrites sur le site et ne pourra être tenu pour responsable de l'utilisation des topos, des traces GPS et des éventuels incidents pouvant survenir sur les parcours présentés.

identification