L'albatros de Charles Baudelaire

L'albatros de Charles Baudelaire (1821-1867)
Poème paru dans le recueil Les Fleurs du mal

 

 

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

 

 

 

Avertissement

Les parcours présentés sur le site de perlimpinpin.fr, sont des comptes rendus de randonnées à bicyclette et pédestres présentant un caractère subjectif et grandement conditionné par le niveau technique de leur auteur, sa maîtrise, le type de matériel utilisé ainsi que par les conditions de réalisation.
Les renseignements donnés à titre indicatif, peuvent se révéler obsolètes par suite d'une évolution du terrain ou de l'environnement.
En aucun cas perlimpinpin.fr n'incite les utilisateurs à fréquenter les randonnées décrites sur le site et ne pourra être tenu pour responsable de l'utilisation des topos, des traces GPS et des éventuels incidents pouvant survenir sur les parcours présentés.

identification