Au delà de la tolérance de l'idée de l'homosexualité, toutes les religions condamnent l'homosexualité. Au VIème siècle le Christianisme généralisé en occident criminalise l'homosexualité considérée comme contre-nature : l'acte pervers de Sodome et Gomorrhe va à l'encontre de la procréation.

 

Pour les catholiques une lecture de l'Ancien Testament amène à connaître l'histoire de Lot à Sodome : Dieu détruisant la ville condamnant ainsi l'homosexualité, histoire commune aux chrétiens et aux musulmans.

Le nouveau testament condamne  plus généralement l'homosexualité, avec l'adultère, le vol, l'idolâtrerie, l'ivrognerie ... L'image même est trouble, l'homme passif étant péjorativement considéré alors que l'homme actif fait ressortir sa virilité. L'histoire controversée de David et Jonathan autorise à diverses interprétations contradictoires.

Actuellement, l'Église catholique ne condamne pas l'Homme mais l'acte, condamne la discrimination mais appelle à la chasteté et considère toujours l'homosexualité comme une dérive.
Mais de fait, l'acceptation progressive de la contraception amène à la reconnaissance de la sexualité à d'autre fins que la procréation et donc dans sa mesure et dans ses excès, à l'homosexualité.

L'Église protestante semble accepter l'homosexualité et autorise même le mariage homosexuel.
Pour l'Islam l'homosexualité considérée comme un vice ou comme une maladie est interdite et mérite la peine de mort. Mais la Coran met en scène au paradis des échansons éphèbes à la jeunesse éternelle et considère l'acte sexuel comme procréateur mais aussi comme communion avec la nature et comme complémentarité entre un homme et une femme. En outre certains califes auraient eu certaines faveurs avec la pédérastie, en dépit de l'interdit.

Le Bouddhisme laisse à l'individu l'interprétation de sa sexualité et ne condamne pas clairement l'homosexualité, à part pour les bonzes. Un de ses chefs religieux le Dalaï Lama ne tolère pas l'homosexualité mais reconnaît les homosexuels. Le Bouddhisme n'a jamais persécuté les homosexuels : réprobation mais pas condamnation.

Le Judaïsme condamne fermement l'homosexualité masculine mais ne dit rien sur l'homosexualité féminine et ne condamne pas le désir.

La Révolution française de 1789, séparant l'Église et l'État permettra la fin de la répression. Actuellement, les différents responsables politiques (ou leurs proches) tendent à reconnaître l'homosexualité et à avoir une politique favorable.

Tout ce qui touchant au domaine du religieux et du sacré étant délicat à traiter, veuillez tolérer cette lecture et ces interprétations. Les personnes LGBT sont passibles encore de peine de mort dans certains pays, mais le droit européen laisse la libre organisation du mariage homosexuel aux États membres.

  • Peut-on être croyant et homosexuel ?
  • Les différentes lectures des religions n'amènent-elles pas à y trouver l'interprétation recherchée ?
  • La société française souffre-t-elle les homosexuels ?
  • De la discrimination positive pour les homosexuels ?
  • L'homosexualité est-elle une pratique sexuelle déviante ?
  • Être homosexuel aujourd'hui : gageure ou éducation ?
  • Le regard sur l'homosexualité est-il en train d'évoluer ?
  • Le communautarisme recrudescent met-il en danger la pérennisation de l'homosexualité ?
  • L'homosexualité est-elle une "à faire" d'éducation ?
  • La société française actuelle est-elle prête à ne plus marginaliser les homosexuels ?
  • En France la convergence du PACS et du mariage ne va-t-elle pas homogénéiser les couples ?
  • Le mariage homosexuel et l'homoparentalité feront-ils partie du XXIème siècle ?
  • Quand ne parlerons-nous plus d'homosexualité ?

 

en poursuivant la navigation sur perlimpinpin.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies