Sa fondation basée sur diverses origines fait toujours débat et restera mythique : la franc-maçonnerie est organisée en loges regroupées en obédiences. Deux conceptions, certes réductrices, permettent d'en expliquer le fonctionnement.

La branche anglo-saxonne en lien régulier avec La Grande Loge Unie d'Angleterre issue des loges des Révérends Anderson et Demott.
La branche libérale prônant la Tolérance de la Maçonnerie Humaniste a-dogmatique (n'impose pas de Dieux) : ses obédiences libérales spirituelles sont sociales voire politiques. (Le Grand Orient de France indépendant depuis son schisme n'obligeant pas ses loges à travailler à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers). Cette Maçonnerie Libérale (hommes, femmes, mixtes) semble se développer en Europe et aux États Unis.
La symbolique spéculative basée sur la réflexion rejoint l'idée opérationnelles du compagnonnage (loge, équerre, compas, maillet...).

Les francs-maçons oeuvre pour le devenir de l'homme et de l'humanité : écoute, réflexion et dialogue. Apparue en Europe, la Franc-maçonnerie compte de nombreux courants divergents ; avec les Jacobites expulsés de Grande Bretagne à la fin du XVII la France développe différentes branches agnostiques. Hiérarchisée en apprenti, compagnon, maître et dans chaque catégorie des grades, la pratique ritualise les loges.

Pour devenir franc-maçon il faut être attouché ou postuler : être libre de tout préjugé, ouvert à une remise en question de soi, être de bonnes mœurs avec un casier judiciaire vierge, avoir une démarche honnête, sincère, mûrie et motivée, s'adresser à la loge correspondant au sens de sa quête spirituelle. Dans cette quête initiatique vous serez apprenti, compagnon, maîtrise avant de pouvoir parler. Les franc-maçons réunis dans les temples portent des tenues différentes selon leur statut ou selon les évènements. Leurs réflexions s'orientent vers la symbolique, la philosophie, le social ou l'actualité.

  • La franc-maçonnerie est-elle un mouvement humain égocentrique et supérieur, snobisme intellectuel ?
  • Posséder une Vérité et ne pas la vulgariser ?
  • Les pratiques théurgiques (surnaturel et magie) de certaines loges ne s'apparentent-elles pas aux pratiques des sectes ?
  • Les loges tissant un réseau social peuvent-elles dériver vers l'intéressement individuel de ses membres ?
  • L'aboutissement de cette démarche peut-elle en arriver à la remise en question de la démocratie ?
  • Comment contrer les abus et dérives de cette fraternité ?
  • La part mystérieuse des franc-maçons ne contribue-t-elle pas à la méfiance à leur égard ?
  • Pourquoi les religions (protestants conservateurs et musulmans radicaux) condamnent-elles la franc-maçonnerie ?
  • En France, les francs-maçons et le pouvoir politique ?
  • Cette propension au mystère, au secret, à la reconnaissance fraternelle n'éloigne-t-elles pas les franc-maçons de la sagesse populaire ?
  • La structure même de la franc-maçonnerie n'enferme-t-elle pas les franc-maçons dans leur vérité ?
  • Représentant 2 millions d'adhérents en 2005 la franc-maçonnerie vit-elle une crise existentielle ?
  • Les révélations de Don Quichotte révélant le Secret des Secrets dévoilant le parcours initiatique sans en connaître sa réalité ne démystifient-elles pas la franc-maçonnerie ?


Franc-maçonnerie : association ésotérique visant à l'édification d'une société rationnelle, la construction du Temple, qui professe la fraternité entre ses membres organisés en loges et qui se reconnaissent par des signes et des emblèmes symboliques pris aux maçons du Moyen Âge.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

en poursuivant la navigation sur perlimpinpin.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies