Le libéralisme ?

L'individu au centre de ses libertés. Liberté de penser et d'expression, liberté économique et économie de marché.
L'État se contente de ses fonctions régaliennes

- la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense
- la sécurité intérieure et l'ordre public, avec, notamment, les forces de police
- définir le droit et rendre la justice
- émettre de la monnaie, notamment par le biais d'une banque centrale, fonction contestée mais qui semble inéluctable

L'État a donc le pouvoir de la violence et de la privation de liberté. Les Hommes de l'État sont garants de la liberté individuelle et de la sécurité de l'individu ; ce n'est pas la loi de la majorité ou la loi du plus fort.

L'État ne peut donc plus intervenir au niveau économique et l'économie de marché peut alors développer ses tentacules. La valeur argent rapporte plus que la valeur travail : il vaut mieux être actionnaires qu'ouvrier dans une société. Le partage entre salaire et profit est en France largement en faveur de l'argent. L'équité de la répartition des revenus est une gageure. Et les politiques n'y peuvent plus rien.

Au niveau social, la liberté individuelle d'agir sans empiéter sur la liberté d'autrui semble impliquer le communautarisme. Et les individus ne pas s'opposer suivant leur communauté.

Au niveau politique

Au niveau économique

Ce modèle permet-il aux plus faibles de bien vivre et d'évoluer au niveau social et économique. Il y a de plus en plus de personnes en état de précarité avancée. L'État devrait garantir le droit des minorités, assurer la sauvegarde économique des plus faibles. Ce courant actuel implique l'individualisation et donc la perte de la conscience sociale et collective ; chacun pour soi !

  • Comme le communisme, le socialisme, le communautarisme, le totalitarisme, l'étatisme, n'est-ce pas l'application du modèle par l'homme et les dérives qu'elle entraîne qui pervertissent le système ?
  • La liberté économique engendre-t-elle réellement la liberté individuelle ?
  • Est-ce que le communautarisme n'enferme-t-il pas la liberté individuelle ?
  • L'État ne se comporte-t-il pas comme une communauté, une organisation comme les autres, défendant les intérêts de ceux qui la composent ?
  • Ne peut-on se passer de l'État ?

1. Doctrine morale et philosophique qui réclame pour tous la liberté des opinions et la liberté de conscience.
2. Doctrine civile et politique suivant laquelle il faut donner aux citoyens le plus de libertés possible et le plus de garanties possible contre l’ingérence de l’état ou l’arbitraire du gouvernement.
3. Doctrine économique qui s’oppose aux théories protectionnistes ou étatistes.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

en poursuivant la navigation sur perlimpinpin.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies